Rhumatologie | Pseudo-polyarthrite rhizomélique | Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR): IRM du bassin

Réalisation d'une IRM du bassin chez un patient de 75 ans présentant des douleurs

- bilatérales des hanches dans un contexte de coxarthrose modérée connue

- des épaules moins marquées

 

Réalisation d'une IRM du bassin avec coupes axiales (figures A, B, C, D, E)  et coronales (figure 1 et F) dp fat sat:

 

Sur le plan osseux et articulaire:

Figure 1:

Aspect de coxarthrose antéro-supéro-externe: pincement articulaire, géode sous-chondrale (flèche verte) et labrum dégénératif (flèche bleue) avec épanchement intra-articulaire (flèche rouge) sans argument en faveur d'une poussée congestive notamment absence de souffrance épiphysaire.

 

 

Etude des parties molles:

Atteinte inflammatoire des parties molles abarticulaires:

Figure A : oedème péri-tendineux et tendineux du tendon indirect (flèche bleue) des droits fémoraux

figure B : oedème du tendon direct (flèche verte) des droits fémoraux

 

- figure C:

Oedeme tendineux et péri tendineux du tendon du psoas (flèche rouge) et du tendon iliaque (flèche orange)

Oedeme intermusculaire entre le muscle du fascia lata, le droit fémoral et le muscle vaste latéral prédominants à droite (flèche violette)

      

 

 figure D : bursite iliopsoas prédominant à gauche (flèche jaune)

Figure E:

Oedème tendineux et péri-tendineux du bloc des adducteurs de facon bilatérale (flèche violette)

Epaississement et oedème des ligaments ilio-fémoraux (flèche bleue)

 

 Figure F :

Bursite du tendon petit glutéal gauche (flèche violette)

Bursite prétrochantérienne superficielle droite (flèche bleue)

Oedeme tendineux des tendons petit glutéaux (flèche rouge)

Oedeme musculaire des petites glutéaux (flèche jaune)

 

 

 

Amélioration de la symptomatologie après cure de corticoides, en faveur du diagnostic de PPR.

 

 

 

Le terme de pseudopolyarthrite rhizomélique désigne un syndrome clinique d’étiologie inconnue caractérisé par une impotence fonctionnelle douloureuse des ceintures scapulaire et pelvienne de nature inflammatoire, qui touche les personnes de plus de 50 ans (1).

Les douleurs sont causées par une synovite des articulations proximales et une atteinte inflammatoire des structures périarticulaires.

Cantini et all (2) ont décrit à l'IRM chez 20 patients atteints de PPR: 100% de bursite péri-trochantérienne, 18/20 bilatérales (90%), 1 synovite chez 17 patients (85%), 1 bursite ilio psoas chez 10 patients (50%) et 5 bursites ischioglutéales (25%).

La corticothérapie est le traitement de choix de la PPR et entraine dans la majorité des cas en 1 semaine une disparition des symptomes et une normalisation de la CRP.

 

1. Kermani TA, Warrington KJ. Polymyalgia rheumatica. Lancet. 2013;381(9860): 63–72.

2. Cantini F, Niccoli L, Nannini C et al. Inflammatory changes of hip synovial structures in polymyalgia rheumatica. Clin Exp Rheumatol 2005;23:462-8.