Pied | Pathologie osseuse

  • Atrophie séreuse de la moelle osseuse.
    • Danseuse 15 ans. IRM de suivi d'une sésamoïdite

       

      Fig1: IRM du pied gauche, séquences axiales DP FS.  Anomalies en hypersignal atteignant la moelle osseuse des différentes phallanges des cinq rayons (flèches blanches) et l'extrémité distale du 5eme métatarsien (flèche rouge).

       

       

       Fig2: IRM du pied gauche, séquences sagittales STIR. Net hypersignal STIR de la moelle osseuse des différentes phallanges (flèches blanches).

       

       

       Fig3: IRM du pied gauche, séquences sagittales T2 FS. Net hypersignal T2 atteignant la moelle osseuse des différentes phallanges des cinq rayons (flèches blanches) et l'extrémité distale du 5eme métatarsien (flèche rouge).

       

       

       Fig4: IRM du pied gauche, séquences sagittales T1. Hyposignal T1 modéré de la moelle osseuse des différentes phallanges (flèches blanches).

       

       

      CONCLUSION:

      Oedème de la moelle osseuse des phallanges et de l'extrémité distale du 5eme métatarsien du pied gauche.

      L'aspect et la topographie distale centripète de l'atteinte est en faveur d'une atrophie séreuse de la moelle osseuse (aussi appelée transformation gélatineuse de moelle) ou d'un syndrome Raynaud.

      L'anamnèse ainsi que les explorations complémentaires et notamment la capillaroscopie n'étaient pas en faveur d'un syndrome de Raynaud.

      Nous avons donc retenu le diagnostic d'atrophie séreuse de la moelle osseuse.

      Il s'agit d'un remplacement des moelles rouge et jaune par une matrice de protéoglycanes fortement hydratée expliquant l'importance de l'hypersignal T2.

       

      Cette transformation peut être secondaire à de nombreuses étiologies, les principales étant :

      - une cachexie ou une anorexie mentale (malnutrition)

      - insuffisance rénale chronique ou insuffisance cardiaque chronique

      - infection (VIH, tuberculose)

      - traitements cytotoxiques

       

       

       

      Ref:

       

      - Distribution of serouslike bone marrow changes in the lower limbs of patients with anorexia nervosa:    predominant involvement of the distal extremities. Vande Berg BC, Malghem J, Lecouvert FE, Lam- bert M, Maldague BE. AJR 1996; 166:621–625

      - Abnormal Bone Marrow Signal Intensity in the Phalanges of the Foot as a Manifestation of Raynaud Phenomenon: A Report of Six Patients. Edward Smitaman, Bruno P. G. Pereira, Brady K. Huang, Mina M. Zakhary, Evelyne Fliszar, and Donald L. Resnick American Journal of Roentgenology 2016 207:6, 1252-1256

      - Distribution of serouslike bone marrow changes in the lower limbs of patients with anorexia nervosa: predominant involvement of the distal extremities.

      B C Vande Berg, J Malghem, F E Lecouvet, M Lambert, and B E MaldagueAmerican Journal of Roentgenology 1996 166:3, 621-625

       

  • Ostéonécrose aseptique des sésamoïdes métatarsiens ou maladie de Renander
    • Patiente de 32 ans adressée pour exploration de douleurs en regard du premier rayon du pied gauche, ayant débuté de façon brutale et évoluant depuis un an. Absence de facteur traumatique retrouvé. Absence d'étiologie retrouvée jusque là.

       

      L'imagerie réalisée retrouve :

      - Le scanner: fragmentation, déformation et hétérogénéité du sésamoïde latéral de l'hallux gauche (image de scanner, flèche rouge)

      - L'IRM: condensation du sésamoïde latéral de l'hallux (flèches bleues) sous la forme d'un hyposignal du sésamoïde sur les séquences pondérées en T1 et T2.

      L'ensemble est en faveur d'une ostéonécrose aseptique du sésamoîde latéral de l'hallux gauche (ou maladie de Renander).

       

      Osteonécrose des sésamoides métatarsiens : 

      - correspond à l'évolution d'une fracture de contrainte non traitée (ou en cas de diagnostic tardif)

      - touche préférentiellement les adolescents et adultes jeunes, avec une prédominance féminine 

      - serait favorisée par de la surcharge fonctionnelle (danse notamment) et par des anomalies morphologiques de l'avant pied (varus de M1, aplasie ou hypoplasie de la crête métatarsienn intersésamoïdienne et un pied creux).

      - tableau initial souvent insidieux, parfois brutal

      - à l'imagerie, les berges fracturaires sont d'abord nettes puis à distance deviennent floues, avec une structure osseuse inhomogène voire une fragmentation osseuse (stade de nécrose)

      - le traitement est d'abord conservateur (mise en décharge, injections de corticoides) puis chirurgical (sésamoïdectomie) en cas d'échec ou pour les stades avancés

       

      Bibliographie : 

      Toussirot E et al, Joint Bone Spine, 2003

       

       A. Cotten et al., Imagerie musculo-squelettique - Pathologies locorégionales